La société immobilière VONOVIA attaquée

Dresde (Dresden),

Quand Harry Förster regarde son compte en banque, il n’est absolument pas content. En plus des courriers habituels des assurances, des achats et du téléphone, il y a surtout un point qui lui cause des soucis : son loyer. Il devra débourser 60 euros supplémentaires à son propriétaire, VONOVIA. Et ce chaque mois.
Par des arguments usés jusqu’à la corde comme le changement de quartier résidentiel, VONOVIA a augmenté plus de 2000 loyers à Dresde depuis le début de l’année. Elle fait partie d’une des plus grosses sociétés immobilières de toute l’Allemagne et possède à elle-seule 48000 logements à Dresde. VONOVIA a plus que doublé son chiffre d’affaire l’année dernière en engrangeant 2,5 milliards d’euros. Mais ça ne leur suffît toujours pas et au cours des prochaines années, la société veut construire toujours plus de nouveaux immeubles et œuvrer à l’augmentation des loyers et à une modernisation des infrastructures.

Par exemple, dans la « Pirnaer Vorstadt » (banlieue de Dresde, NdT), VONOVIA veut construire plusieurs espaces verts avec maisons pavillonnaires. Des habitant-e-s s’unissent contre ses ambitions et cherchent à empêcher la réalisation du projet de l’entreprise.

Nous ne voulons également pas accepter tout cela sans réagir. C’est pour cette raison que nous avons incendié un véhicule de VONOVIA la nuit dernière (du 28 au 29 juin 2017). Nous ne voulons absolument pas des augmentations de loyers, des rénovations du parc de logement et de nouveaux immeubles dont personne ne peut se permettre.

C’est justement aujourd’hui que le Kiezladen du « Friedel 54 » a été expulsé à Berlin. Ceci montre où mène la gentrification galopante et la volonté de l’augmentation du capital.

Nous relions notre acte aux manifs contre le G20.

Logement pour tou-te-s, nous nous voyons à Hambourg !

Source: Linksunten